Jean-Luc MOUDENC répond à l’invitation de l’UPA-T

Pour l’UPA-T sur la photo : De gauche à droite : Jean Paul Lemarchand, Sylvie Deguine-Lemarchand, Alain Perriault, (Jean-luc Moudenc) Patrick Beissel, Bernard Tondereau, Patrice Cézar, Pascale Hervieux, Cyril Caronelleo, Jean Pierre Morgades, Arnaud Demeusois.

Présent en début de réunion : Cyril Chaminade

Excusés : Françoise Viatgé, Noémie Aubry, Agnès Defosse, Patrick Besnon, Serge Frattini.

 

Samedi 24 novembre, Jean-Luc Moudenc, Président de Toulouse Métropole et Maire de Toulouse a répondu à notre invitation. Un déjeuner de travail dans le cadre du restaurant « La Belle Histoire » de Tournefeuille, a été l’occasion de présenter notre association, nos valeurs, notre plan d’actions, nos projets et nos objectifs en vue des prochaines Municipales de 2020.

Jean-Luc Moudenc a rappelé le rôle de plus en plus important que prenait la Métropole dans la vie de tous les jours de nos concitoyens. Il nous a également présenté l’idée d’un Projet Métropolitain où l’on retrouvera, à la fois, les projets communs à l’ensemble des 37 communes de la Métropole, ainsi que leurs déclinaisons dans chacune d’entre elle.

En ce qui concerne Tournefeuille, ce sont essentiellement les transports et l’urbanisation qui ont été abordés sans oublier les aspects environnementaux de plus en plus partie prenante dans la vie de nos concitoyens. Nous avons expliqué, avec documents à l’appui,  notre point de vue sur ces trois sujets. Le principe de travailler maintenant avec les élus de la Métropole, en charge de ces dossiers est acté. Désormais, Nous travaillerons à la valorisation de nos projets afin de renforcer la crédibilité et la cohérence d’une partie sensible  de notre programme.

Tournefeuille est la troisième commune en termes d’habitants de la Métropole. Elle a été oubliée pendant la précédente mandature alors même que leurs dirigeants, Maire de Tournefeuille et Président de la Métropole, socialistes, étaient aux commandes.

Des retards que l’on aura à cœur de combler pour répondre aux attentes des Tournefeuillais.

En tout, plus de 3 heures d’échanges riches et constructifs que Jean-Luc Moudenc a particulièrement appréciés tant notre équipe est structurée,  porteuse d’idées neuves et de ses projets pensés.

 

Bernard TONDEREAU

Président de l’UPA-T

Nous aurons, à partir de 2020, l’eau la moins chère de France

Pour se repérer d’abord voici, dans la configuration actuelle, quels seront les prix du m3 d’eau sur la Métropole en 2020, incluant la Distribution, de la captation dans les rivières jusqu’à chez vous, et du Traitement ensuite, avant retour dans la nature :

  • Tournefeuille :                                              3,69€
  • Aigrefeuille, commune de la métropole la moins chère : 3,32€
  • Drémil-Lafage, commune de la métropole la plus chère : 5,03€
  • Prix moyen Métropole Toulousaine 3,75€

Ailleurs en France

  • Aix en Provence, grande ville la moins chère 2,88€
  • Le Havre, grande ville la plus chère 4,81€

En juin 2017, une délibération a été votée à Toulouse Métropole qui décidait:

  • D’avoir un prix unique pour les 37 communes de la Métropole. C’est la solidarité intercommunale qui était mise en avant.
  • De faire établir, par les services techniques de la Métropole, une étude sur le prix de l’eau si la distribution et le traitement étaient effectués, directement par Toulouse Métropole. C’est le principe de la Régie,
  • De lancer, en parallèle, un Appel d’Offre pour confier, éventuellement, ces tâches à des sociétés extérieures avec les mêmes contraintes de qualité que pour la régie. C’est le mode Délégation de Service Public (DSP).

Les résultats sont maintenant officiels :

  • Régie : 3,46€
  • DSP : 2,91€

Se répartissant, 1,54€ pour la distribution et 1,37€ pour le traitement.

La distribution serait confiée à Véolia ; le traitement à Suez. Ceci fera l’objet d’un débat et d’un vote final le 13 décembre prochain au Conseil Métropolitain.

Depuis juin 2017, la gauche avec un discours dogmatique, persistait, sans même disposer des résultats chiffrés, à vouloir une Régie. En décembre 2017, la majorité tournefeuillaise nous avait proposé un vœu dans ce sens au Conseil Municipal. Vœu tellement mal tourné, que nous avions réussi à le faire retirer. En février2018, quasiment dans sa forme d’origine, ce vœu fut représenté et voté par la majorité en place. Nous avions refusé, pour partie, de participer au vote et pour partie voter contre.

Aujourd’hui encore, pour tenter d’imposer la régie, malgré les résultats, la gauche a organisé, dans deux communes des votations citoyennes. Près de 90% des citoyens ne se sont pas déplacés. Pour être transparent, Toulouse Métropole a organisé le 13 novembre 2018, un débat public à la salle Mermoz qui a rassemblé moins de 200 personnes avec des avis très contrastés. Preuve que nos citoyens restent pragmatiques.

Notre maire, ses représentants à la Métropole, parmi lesquels notre ancien maire, aujourd’hui sénateur, continueront-ils, par leur vote le 13 décembre, à vouloir vous faire payer plus cher l’eau que vous utilisez? A l’heure où beaucoup de citoyens se plaignent de l’augmentation des taxes, au point de bloquer les routes, avoir obtenu un service dont le prix baisse ne prévaut-il pas sur le dogme ?

 

Si vous souhaitez des informations complémentaires, techniques, statistiques ou financières, ou donner votre avis sur la question, vous pouvez le faire via l’onglet « Contact » du site.

PB

Conseil Municipal du 05 novembre 2018

Peu de points importants étant à l’ordre du jour de ce conseil municipal, Mr le Maire et son équipe en ont profité pour nous faire un exposé détaillé du projet éducatif territorial ( PEdT).

L’exposé a été fait à plusieurs voix afin de prouver aux éventuels esprits chagrins que notre « bon maire » et ses adjoints ont le souci de nos jeunes citoyens ! Que dire d’autre à part que ces auto-satisfactions permanentes finissent par nous lasser et que nous ne sommes pas dupes ! S’il y a des problèmes ou des faiblesses voire simplement des points à améliorer, on ne le dira pas en public : le discours est bien rôdé, tout est parfait dans notre commune !

Les seuls moments où ce conseil municipal s’est un peu animé, ont été lorsque Mr le maire a répondu à nos questions écrites.

La première question concernait la demande d’un des habitants de Tournefeuille qui rencontre quelques soucis sur la route qui longe son domicile : vitesse exagérée, limitation des poids lourds non respectée, suppression des ralentisseurs…Mais surtout absence totale de réponse de la part de la mairie aux courriers adressés par ce citoyen.

Nous avons donc interrogé le maire sur ce silence. Comme à son habitude, il a longuement repris l’historique, expliquant combien ce dossier était compliqué puisque la dite route est en grande partie sur le territoire de la commune de Colomiers, etc… et bien sûr, il nous a assuré que le dossier était suivi par les services municipaux, des contacts pris avec les instances concernés et que le problème serait à l’ordre du jour d’une prochaine réunion avec les pôles techniques métropolitains. Quand? On ne sait pas, espérons qu’il ne faille pas attendre encore un an.
« C’est normal que cela soit long, nous gérons la problématique et nous apporterons la réponse lorsqu’elle sera disponible ». Voilà la réponse du maire. Pourquoi ne pas le dire directement au citoyen concerné ? Ce serait sans doute avouer une difficulté et cela est impensable, alors on préfère ne rien dire et laisser nos concitoyens sans réponse….

La conseillère municipale de la liste du Rassemblement National a, elle aussi, posé une question qui nous a surpris. Elle s’est dite choquée parce que la dernière commission plénière pour préparer ce conseil municipal a été très courte et qu’une une fois celle-ci terminée,  les élus de la majorité et ceux de l’opposition sont restés dans la salle alors qu’elle même en été partie. Son interprétation : cette commission a été bâclée et il y a connivence entre les élus pour régler les sujets en dehors de sa présence.

Nous n’avons pas compris l’intérêt de cette question : si nous sommes restés dans la salle c’était pour discuter entre élus de l’opposition et parce qu’il pleuvait dehors !!

Nous constatons une fois encore que, la représentante du RN n’apporte rien et c’est bien regrettable pour les personnes qui ont voté pour ce parti et plus généralement  dommage pour notre ville.

Mais l’attitude de notre maire à l’égard de l’élue du RN manque souvent de respect et explique sans doute la suspicion dont elle fait preuve à son égard. Nous en avons eu la démonstration lors de ce conseil municipal lorsque le Maire, avant de répondre à une question posée par l’élue du RN, a souhaité s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une « question politique ». Cette agressivité est souvent inutile et prouve, une fois encore, combien celui-ci a du mal à accepter la contradiction, à se remettre en cause et à tenir compte des avis de ses opposants.

L’UPA-T reçoit Métropole d’avenir: un bel exemple de Démocratie Locale !

 

Le mercredi 17 octobre, le groupe « Métropole d’Avenir » (élus de la majorité à Toulouse Métropole), est venu à la rencontre des Tournefeuillais, avec deux objectifs :

  • Leur présenter les compétences et les actions de la métropole
  • Les écouter et répondre à leurs questions

A la tribune étaient présents :

Les vice-présidents de Toulouse Métropole : Michel Aujoulat, Sacha Briand et Jean-Michel Lattes

Patrick Beissel, conseiller métropolitain et conseiller municipal de Tournefeuille

Bruno Costes, conseiller métropolitain et maire de Pibrac

Les Tournefeuillais ont montré leur vif intérêt pour cet échange en venant nombreux. La salle jaune du phare était « archi » pleine !

Dans un premier temps, Sacha Briand a présenté clairement les différents champs d’action de la métropole et la parole a ensuite été donnée aux Tournefeuillais qui ont pu, pendant une bonne heure et demie, s’exprimer librement.

Les prises de parole furent très nombreuses et tous ont pointé, souvent avec conviction :

  • Les problèmes de circulation devenus ingérables dans la ville,
  • Les constructions multiples prévues sans infrastructure adéquate et les conséquences inquiétantes d’une densification jugée par eux irresponsable.

Jean-Michel Lattes, président de TISSEO, leur a répondu avec précision en présentant les différents projets de Toulouse Métropole pour limiter les engorgements au niveau des transports.

Pour ce qui est de la densification, Michel Aujoulat a rappelé les responsabilités du maire en matière d’urbanisme. Il a même ajouté que si ce dernier ne les assumait pas et compromettait ainsi l’équilibre urbain, il fallait « changer de municipalité ».

L’UPAT, très présente sur le terrain pour cet événement, a alors pu se faire connaître et nous sommes heureux de constater que plusieurs personnes se sont rapprochées de nous pour collaborer à notre projet.

Il est probable que le sondage porté par le questionnaire que nous proposerons très prochainement  aux Tournefeuillais renforcera notre détermination pour dénoncer les satisfecit d’une municipalité qui refuse d’écouter ses citoyens et pour redéfinir, avec ces derniers et en toute responsabilité, les plans d’urbanisme à venir.

Ils sont légitimement inquiets.

A nous de les rassurer !

L’UPA-T est en ordre de marche

Le 11 octobre, l’UPA-T a rassemblé ses adhérents, et leurs amis, afin de leur présenter les travaux engagés depuis la création de l’association, en avril dernier.

En préambule, le président, Bernard Tondereau, a rappelé que cette association avait deux objectifs majeurs :

  • En réunissant les deux groupes d’opposition à la mairie de Tournefeuille, renforcer nos actions dans les Conseils Municipaux.
  • En réunissant les 3 associations politiques « Demain Tournefeuille », « Tournefeuille Autrement » et « Tournefeuille Plus », préparer un programme en commun et une liste pour les élections municipales de mars 2020. Ce projet s’articulera autour des 4 valeurs essentielles qui caractérisent l’UPA-T : Responsabilité, Lucidité, Transparence et Honnêteté.

La communication sera un domaine très important. Arnaud Demeusois et Cyril Caronello ont dévoilé le Plan de Communication : les outils, les actions et le rétro planning jusqu’aux élections.

Nous avons constitué 11 « Comités de Réflexion » (Urbanisme, Transport, Communication, Sécurité, Economie, Démocratie Locale, Finances, Social, Sport, Culture et « Un projet pour la Ville). Chaque responsable (Françoise Viatgé, Agnès Défosse, Noémie Aubry, Patrice Cézar, Jean-Paul Lemarchand entre autres) a brièvement exposé l’avancement des travaux de son comité. De manière générale, Il est demandé aux adhérents, mais également à toute personne intéressée, de participer à ces comités. Il n’est pas nécessaire d’être un spécialiste du sujet, bien au contraire, les candides sont très souvent sources d’inventivité.

Il a aussi été rappelé l’importance que revêtait « Toulouse Métropole » dans la vie de tous les jours des citoyens de Tournefeuille. La plupart des décisions, en concertation avec les communes, sont maintenant prises à la Métropole. Jean Luc Moudenc Président de cette assemblée, et son groupe Métropole d’Avenir, auquel l’un de nos élus tournefeuillais, Patrick Beissel, appartient, a lancé l’élaboration d’un projet métropolitain qui sera mis en œuvre dans la prochaine mandature 2020-2026.

L’UPA-T participera activement à ce projet pour y introduire les éléments qui nous semblent importants pour notre commune.

Pour nous aider à établir les priorités, un questionnaire a été élaboré par Sylvie Deguine-Lemarchand, mais aussi en partie par des comités de réflexion désireux de vérifier la pertinence de leurs idées. Nous effectuerons un sondage, d’abord auprès de nos adhérents, puis auprès des Tournefeuillais. Courant Janvier nous vous ferons découvrir les résultats de cette enquête autour d’une galette des Rois.

Toutes ces actions ont un coût. Notre trésorier, Jean-Pierre Morgades, l’a rappelé. Notre principale source financière provient des adhésions. Parler de l’UPA-T autour de vous. C’est la seule arme qui permettra de mettre fin à l’hégémonie socialiste à Tournefeuille.

Enfin Cyril Caronello nous a fait rêver en voulant construire une deuxième Tour Eiffel sur la place de la Mairie. Plus sérieusement, nous voulons lancer un projet qui fasse rêver et autour duquel l’ensemble de nos concitoyens pourrait se retrouver en tant qu’acteur.

Comme d’habitude, un apéritif,  mais peut-on encore utiliser ce mot compte tenu de l’heure tardive où notre réunion s’est achevée, a permis de continuer les discussions tout en savourant quelques spécialités de nos commerçant amis et des adhérents cuisiniers.

Quand c’est flou…

Combien de fois notre groupe n’a-t-il pas demandé à la majorité en place des précisions sur différents sujets, proposé des thèmes qui pourraient être discutés en commission, émis des vœux, bref tenté de participer à la vie de notre commune ? Régulièrement, ce fut une fin de non-recevoir de la part du Maire; ou, dans le meilleur des cas, une réponse qui sera apportée ultérieurement, mais qui finalement ne vient jamais, ce qui revient strictement au même. Heureusement, il arrive que nos idées, jugées irrecevables initialement, soient finalement adoptées, avec quelques mois, ou années, de retard,

Doit-on en conclure que la majorité socialiste n’aime pas les bonnes idées des autres ? Ou bien craindrait-elle que l’opposition apparaisse trop intelligente et active ?

Et l’absence d’information et de réponses à toutes nos questions laisse à penser qu’il y a des choses à cacher… « Quand c’est flou… ; c’est qu’il y a un loup » disait une fine connaisseuse  du Parti Socialiste !

Mais soyons concret. Quelques exemples :

Pourquoi n’avons-nous par régulièrement le plan d’occupation du Phare ou la liste des biens immobiliers préemptés sur la commune ? Pourquoi avoir refusé que la question de l’armement de la Police Municipale, et nos propositions d’améliorations du déroulement des Conseils Municipaux, soient débattues en commission? Et tant d’autres. Ces points ne seront pas oubliés pour autant.

Viennent, depuis peu, se rajouter : les retours du vœu sur les compteurs Linky déposé par la majorité auquel nous nous sommes opposés ; les résultats, « top secret », des réflexions menées par la Mairie sur le devenir des terrains de la SOCAMIL ; la lumière sur le différend qui oppose les mairies de Tournefeuille et de Plaisance concernant la participation financière de cette dernière au financement du gymnase du Lycée Françoise., et quelques autres encore.

Sans parler de tous ces projets que nous découvrons quelques jours avant les Conseils Municipaux, comme le terrain de football synthétique, ou le déploiement sur le parking du Phare d’ombrières photovoltaïques,  alors que la majorité socialiste les a instruits  depuis des mois, mais n’a pas jugé nécessaire de nous y associer.

Et pourtant, s’il y a dans un conseil municipal différentes sensibilités politiques, c’est bien, aussi, afin que la gestion d’une commune ne soit pas entre les mains d’un seul parti et afin que les échanges d’idées permettent d’aboutir au meilleur compromis ! Ce n’est pas le cas à Tournefeuille. La seule attitude que nous avons en retour est le mépris ; mépris vis-à-vis des idées et  mépris vis-à-vis des personnes. Mais nous ne renonçons pas pour autant.

Nous vous rappelons que « Demain Tournefeuille »a rejoint l’Union Pour une Alternative à Tournefeuille » (UPA-T) et que c’est désormais sur le site https://upa-tournefeuille.fr/ que vous pouvez suivre notre actualité.

 

Les élus de la liste « Demain Tournefeuille » :

Patrick BEISSEL, Françoise VIATGE, Alain PERRIAULT, Patrick BESNON

Conseil Municipal du 01 Octobre 2018

Si le Conseil Municipal du 9 juillet dernier sentait les vacances, celui du 1er octobre n’était pas non plus des plus captivant sur le plan des débats.

Deux points cependant ont réveillé les élus et les spectateurs présents. Normal. Nos concitoyens risquent de perdre 300.000 € car Plaisance semble ne pas vouloir participer au financement du Gymnase du Lycée Françoise. Se rajoutent 380.000 € de dépenses réalisées en 2006 (c’est bien 2006) mais non budgétées et qu’il va falloir maintenant inscrire dans nos dépenses futures.

Budget : Apurement du compte 1069

Présentée comme une opération « semi-budgétaire », les comptables apprécieront, sous-entendu sans réelle importance, se cache derrière cette délibération une écriture comptable qui nous coûtera 127.000 €, en dépenses de fonctionnement, sur les budgets 2019, 2020 et 2021, soit 380.000 € au total.

Ce que nous comprenons, car les termes choisis dans le texte de la délibération sont sibyllins, c’est qu’en 2006, il y a eu des dépenses qui ont été réalisées sans qu’elles aient été intégrées dans le budget de l’époque. Non intégrées veut dire non payées.

Mais 16 ans pour se rendre compte que nous avons des dettes non réglées, cela peut paraître surprenant. Ce sont les contribuables futurs qui paieront.

Il n’est pas question pour nous de mettre en doute la validité des dépenses effectuées ; on suppose que le Conseil Municipal de l’époque faisait correctement son travail. Cependant, nous sommes en droit, nous à qui finalement revient la charge, de savoir à quoi correspondent ces dépenses. Le Maire a été dans l’incapacité de nous l’indiquer . « L’enquête continue » nous a-t-il déclaré. Espérons que cela ne dure pas encore 16 ans.

Gymnase du Lycée Françoise

Nous avions appris, cet été, par la presse locale, que la participation à la construction du Gymnase du Lycée Françoise de 300.000 €, que la commune de Plaisance du Touch s’était engagée à verser parce que des jeunes plaisançois sont affectés au lycée, ne serait pas honorée.

Ceci avait fait l’objet d’un article sur notre site que vous pouvez toujours consulter.

Aucune suite n’étant donnée par la mairie de Tournefeuille, nous avons abordé le sujet en Conseil Municipal avec la question simple suivante :

« Quelle est la situation à ce jour ? Plaisance a-t-elle répondu finalement à ses engagements et, dans la négative, quelles sont les actions que compte mener Tournefeuille ? »

La réponse nous a laissés pantois. L’objet de la délibération débattue en Conseil Municipal le 16 novembre 2016 était :

« Monsieur le MAIRE explique qu‘i| s’agit de délibérer sur une convention de partenariat avec la commune de Plaisance-du-Touch, concernant l‘utilisation du nouveau gymnase, qui sera construit sur le secteur de Quéfets. Nous avons examiné en commission cette convention. Ainsi, l’objet de cette délibération consiste à autoriser le Maire à signer cette convention ».

Il y eu vote, et l’autorisation par le Conseil Municipal, a été donnée.

Nous apprenons, aujourd’hui, que cette convention n’a jamais été signée et qu’il sera très difficile, voire impossible, de contraindre Plaisance à verser sa contribution.

Certes, tous les signes étaient positifs pour le Maire de Tournefeuille. La commune de Plaisance avait inscrit cette dépense dans son budget. Elle avait participé à la pose de la 1ère pierre du Gymnase en présence des représentants de la Région et du département. Oui, mais rien n’a été signé.

Que compte faire le Maire ? Pas grand-chose. Il n’a pas de moyen de pression, dit-il. Mais la Région et le Département, co-financeurs du projet, n’ont-ils pas, eux, les moyens ? Si l’on en croit le Maire ces collectivités partagent son avis. Entre 4 entités pilotées par les socialistes, on devrait pouvoir faire en sorte que ces 300.000 € soient rendus aux Tournefeuillais.

Et quand nous jugeons que l’attitude de la mairie a été plus que légère dans cette négociation, le Maire nous répond que : « c’est triste de terminer ce Conseil Municipal sur une note pessimiste et qu’il faut, au contraire, être optimiste quand on constate la qualité du Gymnase construit ».

Et si la presse n’avait pas abordé le sujet, presse qui au passage a été encensée par le Maire, c’est en mars prochain, lors de l’analyse du budget que nous aurions découvert la chose.

Réunion publique : informations ou lavage de cerveaux ?

Lettre d’un adhérent

Le Maire de Tournefeuille invitait le 25 septembre 2018 les Tournefeuillais pour une réunion publique d’informations. Certains ont retenu que tout baignait  selon ses dires, d’autres, en toute objectivité, sont restés sur leur faim non convaincus par un discours d’auto satisfaction.

La nouveauté était de transmettre les questions avant la réunion ! Notre Maire a oublié de mentionner le confort lui permettant ainsi d’écarter les questions embarrassantes et de répondre soit disant aux autres dans un discours peu convaincant.

Une grosse partie de l’exposé (plus d’une heure) fut consacrée avec force détails « au vivre mieux à Tournefeuille » avec la liste de tout ce qui contribuait au mieux vivre à Tournefeuille. Pour convaincre l’auditoire le maire a martelé de nombreuses fois que les concitoyens étaient très attachés aux services existants, affirmation non démontrée bien sûr. (D’ailleurs comment être opposé si l’on n’évoque pas le financement de ces services ?)

Concernant les attentes des Tournefeuillais ce dernier nous a expliqué plusieurs fois que la mairie ne pouvait rien faire : respect des exigences administratives (usage interdit de certains produits ou réglementation) ou attentes de décision juridique ou réponse de vœu !

Conscient de l’insatisfaction des Tournefeuillais concernant le développement forcené de l’urbanisme, il nous a été déclaré que le rythme de constructions de logements était en réduction avec maintenant un volume de 300 logements annuels.

Toutefois la mairie prévoit 800 logements sur l’espace de la Socamil  avec réflexion pour envisager une construction de 5 étages ! Où est la cohérence avec la réduction du rythme ?

Rien sur les économies ni sur le financement des nouveaux projets. C’est pourtant une question à laquelle les citoyens soucieux de leur pouvoir d’achat sont très attachés.

Finalement le but non déclaré de la réunion était de conditionner les Tournefeuillais pour les convaincre que tout allait bien. On prépare sans doute les prochaines élections municipales !