Nous aurons, à partir de 2020, l’eau la moins chère de France

Pour se repérer d’abord voici, dans la configuration actuelle, quels seront les prix du m3 d’eau sur la Métropole en 2020, incluant la Distribution, de la captation dans les rivières jusqu’à chez vous, et du Traitement ensuite, avant retour dans la nature :

  • Tournefeuille :                                              3,69€
  • Aigrefeuille, commune de la métropole la moins chère : 3,32€
  • Drémil-Lafage, commune de la métropole la plus chère : 5,03€
  • Prix moyen Métropole Toulousaine 3,75€

Ailleurs en France

  • Aix en Provence, grande ville la moins chère 2,88€
  • Le Havre, grande ville la plus chère 4,81€

En juin 2017, une délibération a été votée à Toulouse Métropole qui décidait:

  • D’avoir un prix unique pour les 37 communes de la Métropole. C’est la solidarité intercommunale qui était mise en avant.
  • De faire établir, par les services techniques de la Métropole, une étude sur le prix de l’eau si la distribution et le traitement étaient effectués, directement par Toulouse Métropole. C’est le principe de la Régie,
  • De lancer, en parallèle, un Appel d’Offre pour confier, éventuellement, ces tâches à des sociétés extérieures avec les mêmes contraintes de qualité que pour la régie. C’est le mode Délégation de Service Public (DSP).

Les résultats sont maintenant officiels :

  • Régie : 3,46€
  • DSP : 2,91€

Se répartissant, 1,54€ pour la distribution et 1,37€ pour le traitement.

La distribution serait confiée à Véolia ; le traitement à Suez. Ceci fera l’objet d’un débat et d’un vote final le 13 décembre prochain au Conseil Métropolitain.

Depuis juin 2017, la gauche avec un discours dogmatique, persistait, sans même disposer des résultats chiffrés, à vouloir une Régie. En décembre 2017, la majorité tournefeuillaise nous avait proposé un vœu dans ce sens au Conseil Municipal. Vœu tellement mal tourné, que nous avions réussi à le faire retirer. En février2018, quasiment dans sa forme d’origine, ce vœu fut représenté et voté par la majorité en place. Nous avions refusé, pour partie, de participer au vote et pour partie voter contre.

Aujourd’hui encore, pour tenter d’imposer la régie, malgré les résultats, la gauche a organisé, dans deux communes des votations citoyennes. Près de 90% des citoyens ne se sont pas déplacés. Pour être transparent, Toulouse Métropole a organisé le 13 novembre 2018, un débat public à la salle Mermoz qui a rassemblé moins de 200 personnes avec des avis très contrastés. Preuve que nos citoyens restent pragmatiques.

Notre maire, ses représentants à la Métropole, parmi lesquels notre ancien maire, aujourd’hui sénateur, continueront-ils, par leur vote le 13 décembre, à vouloir vous faire payer plus cher l’eau que vous utilisez? A l’heure où beaucoup de citoyens se plaignent de l’augmentation des taxes, au point de bloquer les routes, avoir obtenu un service dont le prix baisse ne prévaut-il pas sur le dogme ?

 

Si vous souhaitez des informations complémentaires, techniques, statistiques ou financières, ou donner votre avis sur la question, vous pouvez le faire via l’onglet « Contact » du site.

PB

Conseil Municipal du 05 novembre 2018

Peu de points importants étant à l’ordre du jour de ce conseil municipal, Mr le Maire et son équipe en ont profité pour nous faire un exposé détaillé du projet éducatif territorial ( PEdT).

L’exposé a été fait à plusieurs voix afin de prouver aux éventuels esprits chagrins que notre « bon maire » et ses adjoints ont le souci de nos jeunes citoyens ! Que dire d’autre à part que ces auto-satisfactions permanentes finissent par nous lasser et que nous ne sommes pas dupes ! S’il y a des problèmes ou des faiblesses voire simplement des points à améliorer, on ne le dira pas en public : le discours est bien rôdé, tout est parfait dans notre commune !

Les seuls moments où ce conseil municipal s’est un peu animé, ont été lorsque Mr le maire a répondu à nos questions écrites.

La première question concernait la demande d’un des habitants de Tournefeuille qui rencontre quelques soucis sur la route qui longe son domicile : vitesse exagérée, limitation des poids lourds non respectée, suppression des ralentisseurs…Mais surtout absence totale de réponse de la part de la mairie aux courriers adressés par ce citoyen.

Nous avons donc interrogé le maire sur ce silence. Comme à son habitude, il a longuement repris l’historique, expliquant combien ce dossier était compliqué puisque la dite route est en grande partie sur le territoire de la commune de Colomiers, etc… et bien sûr, il nous a assuré que le dossier était suivi par les services municipaux, des contacts pris avec les instances concernés et que le problème serait à l’ordre du jour d’une prochaine réunion avec les pôles techniques métropolitains. Quand? On ne sait pas, espérons qu’il ne faille pas attendre encore un an.
« C’est normal que cela soit long, nous gérons la problématique et nous apporterons la réponse lorsqu’elle sera disponible ». Voilà la réponse du maire. Pourquoi ne pas le dire directement au citoyen concerné ? Ce serait sans doute avouer une difficulté et cela est impensable, alors on préfère ne rien dire et laisser nos concitoyens sans réponse….

La conseillère municipale de la liste du Rassemblement National a, elle aussi, posé une question qui nous a surpris. Elle s’est dite choquée parce que la dernière commission plénière pour préparer ce conseil municipal a été très courte et qu’une une fois celle-ci terminée,  les élus de la majorité et ceux de l’opposition sont restés dans la salle alors qu’elle même en été partie. Son interprétation : cette commission a été bâclée et il y a connivence entre les élus pour régler les sujets en dehors de sa présence.

Nous n’avons pas compris l’intérêt de cette question : si nous sommes restés dans la salle c’était pour discuter entre élus de l’opposition et parce qu’il pleuvait dehors !!

Nous constatons une fois encore que, la représentante du RN n’apporte rien et c’est bien regrettable pour les personnes qui ont voté pour ce parti et plus généralement  dommage pour notre ville.

Mais l’attitude de notre maire à l’égard de l’élue du RN manque souvent de respect et explique sans doute la suspicion dont elle fait preuve à son égard. Nous en avons eu la démonstration lors de ce conseil municipal lorsque le Maire, avant de répondre à une question posée par l’élue du RN, a souhaité s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’une « question politique ». Cette agressivité est souvent inutile et prouve, une fois encore, combien celui-ci a du mal à accepter la contradiction, à se remettre en cause et à tenir compte des avis de ses opposants.

L’UPA-T reçoit Métropole d’avenir: un bel exemple de Démocratie Locale !

 

Le mercredi 17 octobre, le groupe « Métropole d’Avenir » (élus de la majorité à Toulouse Métropole), est venu à la rencontre des Tournefeuillais, avec deux objectifs :

  • Leur présenter les compétences et les actions de la métropole
  • Les écouter et répondre à leurs questions

A la tribune étaient présents :

Les vice-présidents de Toulouse Métropole : Michel Aujoulat, Sacha Briand et Jean-Michel Lattes

Patrick Beissel, conseiller métropolitain et conseiller municipal de Tournefeuille

Bruno Costes, conseiller métropolitain et maire de Pibrac

Les Tournefeuillais ont montré leur vif intérêt pour cet échange en venant nombreux. La salle jaune du phare était « archi » pleine !

Dans un premier temps, Sacha Briand a présenté clairement les différents champs d’action de la métropole et la parole a ensuite été donnée aux Tournefeuillais qui ont pu, pendant une bonne heure et demie, s’exprimer librement.

Les prises de parole furent très nombreuses et tous ont pointé, souvent avec conviction :

  • Les problèmes de circulation devenus ingérables dans la ville,
  • Les constructions multiples prévues sans infrastructure adéquate et les conséquences inquiétantes d’une densification jugée par eux irresponsable.

Jean-Michel Lattes, président de TISSEO, leur a répondu avec précision en présentant les différents projets de Toulouse Métropole pour limiter les engorgements au niveau des transports.

Pour ce qui est de la densification, Michel Aujoulat a rappelé les responsabilités du maire en matière d’urbanisme. Il a même ajouté que si ce dernier ne les assumait pas et compromettait ainsi l’équilibre urbain, il fallait « changer de municipalité ».

L’UPAT, très présente sur le terrain pour cet événement, a alors pu se faire connaître et nous sommes heureux de constater que plusieurs personnes se sont rapprochées de nous pour collaborer à notre projet.

Il est probable que le sondage porté par le questionnaire que nous proposerons très prochainement  aux Tournefeuillais renforcera notre détermination pour dénoncer les satisfecit d’une municipalité qui refuse d’écouter ses citoyens et pour redéfinir, avec ces derniers et en toute responsabilité, les plans d’urbanisme à venir.

Ils sont légitimement inquiets.

A nous de les rassurer !