Un été très chaud

Non, il ne s’agit pas d’évoquer ici ces journées où le thermomètre a joué avec les 40 degrés à Tournefeuille. Mais plutôt ces journées où les incivilités et dégradations en tous genres se sont multipliées sans que la Mairie ni la presse n’en soufflent un mot.

Rien que pour le mois de Juillet :

  • Bagarre générale à la piscine municipale
  • Bagarre pendant la fête foraine
  • Incendie criminel à l’école de danse
  • Véhicule d’entreprise « caillassé » au boulodrome
  • Club House du Football visité et vandalisé
  • Vandalisme au Club House du Rugby
  • Dégradations au cimetière Avenue Doumergue
  • Porte d’accès au gymnase du Château  « caillassée »
  • Effraction au collège Léonard de Vinci
  • 9 cambriolages à La Paderne

 

Tout cela est bien loin du discours officiel du Maire selon lequel tout va bien à Tournefeuille ! Les faits vécus démentent les discours, et le bilan de ce mandat, en terme d’insécurité, est catastrophique. Les statistiques flatteuses qu’on nous produit sont loin de refléter la réalité du quotidien.

Chacun d’entre nous a pu constater que cette réalité est bien plus inquiétante que ce qu’on veut bien nous dire : n’hésitez pas à nous faire part des actes de délinquance, d’incivilité ou de vandalisme dont vous êtes témoins ou victimes : nous les ferons connaître afin de dénoncer l’omerta officielle.

La troisième ligne de métro

Dans le cadre du projet de troisième ligne de métro soumis à enquête publique, l’UPA-T a fait parvenir au Président de la commission d’enquête la contribution ci-après. Cette contribution vise à devenir une proposition de campagne de l’UPA-T pour les élections municipales de Tournefeuille en Mars prochain.

Elle présente plusieurs avantages :

  • Elle est réaliste car elle peut être mise en œuvre simultanément avec la 3ème ligne de métro dès 2025.
  • Elle est économe en moyens car, avec une seule ligne de bus type Linéo, elle permet de joindre les lignes de métro A et TAE en passant par notre ville et en empruntant des aménagements existants ou programmés à court terme,
  • Elle répond à un besoin de transports rapides et performants, cruellement absents aujourd’hui, vers les deux bassins d’emploi qui jouxtent la ville : Colomiers et Basso-Cambo.
  • Elle offrira aux automobilistes provenant de l’ouest toulousain la possibilité de rejoindre ces bassins d’emploi sans traverser notre ville.
  • Elle permettra aux Tournefeuillais de se sentir un peu plus concernés qu’ils ne le sont aujourd’hui par ce projet métropolitain de 3ème ligne de métro.

Cette proposition n’exclut pas de poursuivre les contacts et de travailler afin d’obtenir le prolongement de la ligne A,  ou une bretelle de la future 3ème ligne vers Tournefeuille, mais il s’agit là d’objectifs de plus long terme, hors de portée au cours de la prochaine mandature.

 

Enquête publique 3ème ligne de Métro

Contribution de l’association UPA-T : Union Pour une Alternative à Tournefeuille.

Tournefeuille, troisième ville du département avec 27 000 habitants, contribue largement à la croissance de la Métropole toulousaine en prenant une part significative dans la production de logements neufs. Pourtant, les investissements de la Métropole pour la commune en matière de déplacements et de transports ne sont pas à la hauteur de ces enjeux. En effet, après la transformation du bus 65 en Linéo3 en 2018, plus aucun projet structurant n’est inscrit pour le futur, que ce soit au PLUi-H ou au PARM. Or, malgré la mise en service du Linéo3, la ville de Tournefeuille continue de subir une hausse continue du trafic routier et arrive aujourd’hui à un point de saturation proche de la paralysie. Cette situation est liée à la croissance démographique liée à la rareté de moyens de déplacements performants ; elle est aggravée par le fait que Tournefeuille est un point de passage quasi obligé pour les habitants de l’ouest toulousain qui se rendent sur l’un des trois bassins d’emploi qui jouxtent la ville. Différentes études ont montré que ces flux se répartissent à peu prés également en trois tiers : 1/3 vers Basso-Cambo, 1/3 vers Toulouse, 1/3 vers Colomiers et la Zone de l’aéroport.

La mise en service de la troisième ligne de métro ne constituera une réelle avancée pour Tournefeuille que si elle s’accompagne d’une desserte rapide et cadencée vers la future station de métro la plus proche : « Airbus Colomiers (Ramassiers) ».

Cette desserte permettrait d’offrir une solution crédible de report modal aux automobilistes venant de l’ouest toulousain qui se rendent sur le bassin d’emploi de l’aéroport.

Elle pourrait par ailleurs être facilement complétée par une branche desservant la station « Basso-Cambo » de la ligne A, permettant d’inciter un report modal des automobilistes se rendant sur ce bassin d’emploi.

Au final, en créant une seule ligne de bus, cadencée à la manière des Linéo, entre les stations « Airbus Colomiers » et « Basso-Cambo », il serait possible d’offrir une véritable alternative, non seulement aux automobilistes provenant de l’ouest toulousain qui désirent se rendre sur ces bassins d’emplois et au-delà, mais  également aux Tournefeuillais.

Le tracé de cette ligne devra emprunter au maximum les infrastructures existantes (rue du Petit Train aménagée pour le Linéo3, tronçon Mounède- Basso-Cambo) ou programmées (Voie des Ramassiers, Avenue du Marquisat). Il devra également être accompagné de la création d’un Parc Relais à proximité de l’actuel site SOCAMIL.(Voir plan).

La mise en service d’une telle ligne de bus constituerait une avancée considérable en termes de déplacements pour la ville de Tournefeuille et permettrait d’apporter une réponse forte aux problèmes de circulation automobile. L’utilisation d’infrastructures performantes sur la majorité du trajet permettrait également d’en réduire le coût. Elle permettrait enfin aux Tournefeuillais de bénéficier de la dynamique que créera la troisième ligne de métro et de se sentir réellement concernés par ce projet métropolitain.

 

Conseil Municipal du 4 Juillet 2019

Beaucoup de sujets de routine dans ce conseil municipal mais quelques points méritent d’être relevés :

  • Convention de partenariat financier avec Plaisance du Touch pour la réalisation de l’espace sportif de Quéfets.

Lors des discussions sur le financement  du gymnase du Lycée Françoise, il y a cinq ans,  la commune de Plaisance du Touch s’était engagée à financer l’équipement à hauteur de 300 000€, en échange de l’utilisation du gymnase par les élèves de Plaisance scolarisés au Lycée Françoise. Mais cet accord n’avait jamais été formalisé, malgré nos relances lors des Conseils Municipaux, de sorte que notre Maire courait depuis l’époque après ces 300 000€ …Cette convention devrait enfin permettre à la commune de récupérer cette somme ; espérons que notre Maire sera moins crédule et plus vigilant à l’avenir.

 

  • Convention de portage par l’EPFL (famille PASSERA).

Il s’agit de faire acquérir et « porter » par l’ Établissement Public Foncier Local (EPFL) du Grand Toulouse, pour une durée de six ans, des biens immobiliers provenant de la succession PASSERA pour un montant de 1 074 520 €. C’est une procédure classique, sauf que ne figurent pas dans cette délibération des indemnités d’éviction pour un montant de 301 400 €. Le Maire affirme qu’il est normal que ce montant n’apparaisse pas dans la délibération de la commune, mais on peut quand même s’interroger sur les raisons de l’opacité d’une telle procédure.Accepteriez-vous de décider de l’achat de quelque chose sans en connaitre le prix total?

On peut également se demander pourquoi la commune de Tournefeuille a demandé le versement de cette indemnité, sachant qu’aucun projet immobilier n’étant pour l’instant programmé à la place de ce commerce, rien n’empêche la poursuite de l’activité. Et si c’est le choix du propriétaire de cesser son activité, on ne voit pas pourquoi cela devrait lui valoir une indemnité d’éviction.

Les élus de l’UPA-T se sont soit abstenus, soit ont voté contre.

 

  • Régularisation du montant des indemnités des élus.

Suite à une erreur de gestion (encore un manque de rigueur et de vigilance) qui a conduit à verser aux élus un montant d’indemnités supérieur aux droits, le Préfet de Haute-Garonne a exigé du Maire qu’il recouvre le trop perçu. Ce dernier aurait pu prélever un même POURCENTAGE sur les indemnités de chaque élu, ce qui aurait été égalitaire.

Il a choisi de prélever un MONTANT identique pour tous ! En conséquence, les indemnités les moins élevées, celles de l’opposition, sont amputées de 17,25% et la plus élevée, celle du Maire, de seulement 2,91%. Frapper les petites indemnités et préserver les plus grosses, voilà qui est plutôt surprenant de la part d’un maire socialiste !

En réalité, le but de la manœuvre n’a échappé à personne ; mais que cette manœuvre est pitoyable, mesquine, et en un mot : MINABLE !

Et on a attendu en vain qu’un sursaut de dignité républicaine anime les membres de la majorité au moment du vote : peine perdue.

 

  • Demande de subvention au CD 31 pour étude de faisabilité de la création d’un lieu culturel (arts plastiques et visuels).

Voilà une étude à 24 700€ HT dont nul ne sait si elle aboutira à quelque chose d’utile et de concret. Rappelons que la Chambre Régionale des Comptes a récemment pointé du doigt les « budgets importants alloués à la culture » ; et on continue comme si de rien n’était…

L’UPA-T se met en ordre de bataille

 

Samedi 25 Mai, les adhérents de l’UPA-T étaient conviés à une sympathique réunion bucolique que le mauvais temps nous a malheureusement contraints de déplacer vers des locaux abrités.

Ce fut  malgré tout l’occasion pour le président, Bernard Tondereau, de préciser les prochaines étapes qui nous attendent :

  • poursuite de l’élaboration de notre programme électoral au sein des différentes commissions thématiques
  • dernière mise au point du tract et diffusion de celui-ci
  • préparation de l’Assemblée Générale du 29 Juin au cours de laquelle sera désignée notre tête de liste.

 

Ce fut également l’occasion pour tous d’échanger autour du verre de l’amitié et des feuilletés que nous avait préparés Cyril.

Une accalmie dans la météo nous permettait enfin d’immortaliser ce moment par une séance « photos ».

Conseil Municipal du 28 Mars 2019

Vote du budget : sans surprise, mais aussi sans enthousiasme et du bout des lèvres.

Le sujet essentiel du conseil municipal du 28 mars était le vote du budget. Quelques remarques à ce propos :

-beaucoup d’absents dans la majorité : reste à savoir s’il s’agissait d’absences de circonstances…. Le vote du budget reste un acte fort d’adhésion à une politique municipale, donc on peut s’interroger….et bien sûr les absents avaient donné procuration pour un vote « pour » !

-seule une intervention de l’élue représentant les écologistes pour argumenter son vote favorable mais son discours a porté sur l’urgence écologiste, sur la politique de notre Président et de notre gouvernement et sur les manifestations des jeunes étudiants et lycéens à propos du climat et très peu sur le budget de notre commune ;

-un silence assourdissant des autres « mouvances » de la majorité, en particulier les élus communistes qui avaient l’habitude de nous faire un discours à l’occasion du vote du budget. Certes leur discours se résumait souvent à « ce budget n’est pas parfait, il ne va pas assez loin mais nous voterons « pour » » !!

Bref, heureusement que Monsieur le Maire nous a répété que c’était un très bon budget , sinon nous ne nous en serions pas aperçus !

En ce qui nous concerne, nous avons jugé inutile de justifier notre vote « contre » : le Débat d’Orientation Budgétaire avait eu lieu et le budget qui nous a été présenté était en tout point identique à ce qui avait été dit lors de ce débat. Preuve s’il en est besoin que débattre ne sert à rien !

Nous n’avons fait que deux interventions : la première concernait les investissements et nous avons tenu à faire préciser le coût global du gymnase des Quéfets : 8 millions d’euros !!! et vous pouvez faire confiance à Monsieur le Maire pour expliquer que ce montant est parfaitement justifié !

Notre deuxième intervention concernait les tarifs communaux de l’école d’enseignement artistique et des activités périscolaires. Ces tarifs sont en effet répartis en 5 tranches suivant le Quotient Familial ; mais entre la première tranche ( correspondant au QF le plus faible) et la suivante l’augmentation est de plus de 150%, entre la deuxième et la troisième, elle est de presque 50% et pour les tranches suivantes l’augmentation n’est que de 2%. Nous avons donc demandé pourquoi 5 tranches avec des effets de seuils si importants pour les premières tranches et pourquoi ne pas « lisser » davantage les tarifs sur ces 5 tranches.

Nous avons eu comme première réponse : « la décision a été prise de ne pas changer ces tarifs par rapport à l’année précédente » ! Vous en conviendrez : ce n’est pas la réponse à notre question qui était : « pourquoi ces tarifs ? » et nous avons reposé la question autrement « pourquoi ne pas avoir changé ces tarifs ? » et la réponse a été « ce n’est pas en fin de mandat qu’on fait ces changements » !!!

Voilà encore un exemple de l’attitude de Monsieur le Maire : tout d’abord une réponse à côté de la question et ensuite une réponse politicienne ! cela signifie-t-il que la préoccupation de notre maire est sa ré-élection ? et donc ses décisions sont prises dans l’optique des prochaines échéances électorales ?

De plus, notre question était claire puisque l’ajointe aux affaires scolaires nous a répondu que nous avions raison et qu’il serait peut-être pertinent de réfléchir à ces tarifs lors d’une prochaine commission. Quant à l’adjointe aux affaires culturelles, elle nous a expliqué que ces tarifs très bas pour les personnes dont le QF est faible seraient remis en cause si on décidait de « lisser » l’ensemble des tarifs ! Quel manque d’imagination !

Parmi les autres délibérations, il était question de la demande de Déclaration d’Utilité Publique pour un nouvel aménagement et de nouvelles constructions Chemin de Ramelet Moundi à l’entrée de Tournefeuille. La municipalité n’ayant pas trouvé d’accord avec les propriétaires des terrains concernés a en effet décidé de les exproprier. Certains d’entre nous se sont abstenus et d’autres ont voté contre : les expropriations peuvent être parfois nécessaires, mais  nous sommes opposés à un nouveau projet immobilier.

Voilà un aperçu des délibérations de ce dernier conseil municipal : un budget sans originalité, voté sans conviction par une équipe municipale de moins en moins concernée….C’est pour quand le changement ?

Monsieur le Maire serait-il mal informé ou bien refuse-il de dire la vérité ?

Lors du dernier conseil municipal, après le long monologue de Monsieur le Maire nous partageant ses états d’âme sur l’actualité (sic!) nous lui avons demandé si des débats citoyens étaient, ou seraient, organisés à Tournefeuille.

Sa réponse a été : un débat a eu lieu, animé par des universitaires. Lorsque nous avons fait part de notre surprise de ne pas en avoir été informés, il s’est contenté de nous dire qu’il suffisait de se connecter sur le site de la Mairie pour le savoir, et que nous ne savions probablement pas utiliser les moyens de communication modernes, sinon, nous aurions été au courant !!!

Et nous venons d’apprendre qu’un autre débat a eu lieu au Phare mardi 26 février : l’annonce a été faite par voie d’affiches apposées dans divers lieux stratégiques de notre commune…..

On peut d’ailleurs s’étonner que sur ces affiches ne figure aucune référence à quelque parti ou  association que ce soit. Or la mairie demande une caution lors de la réservation d’une salle au Phare. Si c’est un particulier, de quelle légitimité se réclame-t-il pour être aussi bien servi par la Mairie?

Alors, il n’y a que deux alternatives :

-soit Monsieur le Maire n’était pas au courant lors du dernier conseil municipal (le 21 février !!!!) que ce débat allait avoir lieu et c’est ennuyeux. En effet, si notre Maire ne se sent pas concerné par les rassemblements de nos concitoyens, quelle est sa légitimité à comprendre leurs besoins et leurs desiderata ? Et si les services municipaux peuvent prêter, en si peu de temps, une salle du Phare, pour un débat de cette nature, sans en informer le Maire, quelle est son autorité ?

-soit Monsieur le Maire était au courant mais a refusé de nous le dire, et ce n’est pas mieux ! Pourquoi ce besoin de cacher des choses à l’opposition ? Quel risque court Monsieur le Maire en nous informant ? Quel sens le mot « démocratie » a-t-il pour lui ?

Enfin, pourquoi aucun des conseillers municipaux de la majorité présents n’a-t-il pris la parole pour nous faire part de l’organisation de ce débat ? Le droit de parole est-il inexistant pour nos collègues de la majorité municipale ?

Encore un bel exemple d’autoritarisme et de manque de respect pour l’opposition : espérons que les habitants de Tournefeuille sauront s’en souvenir lorsqu’ils devront choisir leur prochain maire…..