Le VRAI bilan du maire (V)

Chapitre V : Sécurité/ Délinquance

Bienvenue au pays des Bisounours

Il y a les chiffres donnés par le Maire, qui tendent à montrer que tout va bien à Tournefeuille en matière de délinquance. Et il y a la réalité constatée au quotidien par les Tournefeuillais qui est toute différente.

Rien que l’été dernier, nous avons eu connaissance de (mais cette liste n’est probablement pas complète) :

 

  • Bagarre générale à la piscine municipale
  • Bagarre pendant la fête foraine
  • Incendie criminel à l’école de danse
  • Véhicule d’entreprise « caillassé » au boulodrome
  • Clubs Houses du Football et du Rugby visités et vandalisés
  • Dégradations au cimetière Avenue Doumergue
  • Porte d’accès au gymnase du Château  « caillassée »
  • Effraction au collège Léonard de Vinci
  • 9 cambriolages à La Paderne
  • Incendie criminel (le 4ème) dans le parking souterrain de la résidence La Traviata

Et cerise sur le gâteau, en Octobre dernier, découverte d’une plantation de cannabis à proximité du Lycée Françoise !

Et pour gérer tout ça, seulement cinq policiers municipaux non armés !

Lors du Conseil Municipal du 8 Février 2016, les élus de l’opposition avaient formulé le vœu que notre Police Municipale soit armée, arguant que dans le monde actuel, quand on porte un uniforme, on est une cible et qu’il convient donc de donner à nos policiers les moyens de se défendre. Le Maire avait écarté cette possibilité en affirmant que les missions de la Police Municipale étaient des missions de prévention et de police administrative. Bienvenue au pays des bisounours.

 

On voit le résultat. Il est temps de se doter des moyens nécessaires à la lutte contre la délinquance et l’insécurité.

 

 

Le VRAI bilan du maire (IV)

Chapitre IV: le laxisme

Celui qui voit un problème et qui ne fait rien, fait partie du problème. GANDHI

 

Le laxisme est synonyme de négligence, de manque de professionnalisme, de tolérance excessive.

Le laxisme, c’est par exemple, lorsque le maire de Tournefeuille prend un arrêté de lutte contre le bruit de voisinage, et qu’il ne fait rien pour le faire respecter.

Le laxisme, c’est aussi lorsqu’il tolère les stationnements illicites et dangereux  devant les écoles ; ou des dépassements abusifs de durée en zone bleue.

Ou lorsqu’il ne fait pas respecter les prescriptions du Plan Local d’Urbanisme comme la hauteur maximum des murs de clôture ou l’obligation de les crépir.

Ou lorsqu’il n’intervient pas plus fermement contre toutes les incivilités et comportements illicites qui pourrissent la vie des Tournefeuillais au quotidien.

Pourtant, de par sa fonction, le maire possède des pouvoirs de police générale qui lui permettent de mener des missions de sécurité et de tranquillité publiques (et l’y obligent !). Et il a compétence pour exercer son pouvoir de police sur l’ensemble du territoire communal.

Le problème est qu’en ne sanctionnant pas les infractions comme elles devraient l’être, le maire encourage les auteurs de délits et d’incivilités à aller chaque fois encore un peu plus loin.

Jusqu’où son immobilisme et son laxisme pourraient-ils nous mener ?

Personne n’a envie de le savoir.

Il faut mettre un terme à ce laisser-aller qui constitue un véritable encouragement aux incivilités de tous ordres.

 

 

Un nouveau squat à Tournefeuille

La grande famille de squatteurs du 201 rue Gaston Doumergue a été délogée mi octobre et la villa murée. Ils étaient certainement trop voyants et faisaient “tache dans le tableau électoral”. Des habitants de Tournefeuille viennent de nous informer que le 26 octobre, ces familles ont trouvé à squatter une villa au 18 rue André Messager, bien à l’écart du passage vers le centre ville. Cette opération  a été très discrètement pilotée par une association et fêtée comme il se doit avec des ballons d’anniversaire au portail et un affichage qui stipule ” Ceci est notre résidence principale et nous sommes protégés par la Loi”.

La Mairie contactée a répondu que les 48h légales pour procéder à une expulsion étaient passées, que la trêve hivernale commençait et qu’ils avaient été impuissants à contacter le propriétaire !

Voilà un aveu d’impuissance qui ne s’arrête pas au simple fait de ne pas pouvoir contacter le propriétaire : c’est aussi l’aveu de l’impuissance du maire à faire assurer la sécurité et la tranquillité publiques, missions qui lui ont été confiées par l’État.

Car c’est bien de sécurité publique qu’il s’agit. S’approprier les biens d’autrui par effraction est un délit puni par la loi, passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

Se contenter, comme le fait le maire, de constater et déplorer les faits ne suffit pas, sous peine de donner à penser qu’il les cautionne.

Et espérons que nous ne découvrirons pas bientôt que l’association en question bénéficie de surcroît  de subventions de la Mairie !

 

 

Réunion publique du 6 Novembre 2019

Très belle participation pour cette première réunion publique de l’UPA-T.

Il faut dire que les principaux sujets abordés, l’urbanisme et les transports, avaient de quoi inciter les Tournefeuillais à se déplacer ; leur exaspération est au moins aussi grande que leur désir de changement.

Le président, Bernard TONDEREAU, a rappelé les étapes fondatrices de notre association, insistant sur la volonté de rassemblement qui a présidé à sa création. Ce rassemblement doit maintenant se poursuivre afin de réunir tous ceux et celles qui veulent mettre fin à des années d’hégémonie socialiste, dans le respect des valeurs qui sont les nôtres.

Après un rappel du contexte de la construction de logements en région toulousaine et à Tournefeuille, Alain PERRIAULT a ensuite présenté nos principales orientations en matière d’urbanisme : respect strict de la feuille de route inscrite au PLUi-H  et rejet catégorique de l’OAP La Ramée- Marquisat (Socamil). Il a détaillé les pistes de réflexion en cours qui aboutiront à une proposition de campagne.

C’est ensuite Agnès DEFOSSE qui a présenté un point de nos travaux en matière de transports. Après un historique des promesses non tenues depuis de nombreuses années, elle a montré à quel point l’ouest toulousain, et particulièrement Tournefeuille, avait été délaissé en matière de transports en commun depuis plus d’une décennie. Faisant la part de ce qui était envisageable à long terme, prolongement des lignes de métro par exemple, elle présentait les solutions envisageables à plus court terme : rabattement cadencé type linéo vers les deux lignes de métro (voir ici), mais aussi poursuite du développement des modes doux.

Sur chacun de ces deux sujets, urbanisme et transports, un échange constructif s’est engagé avec le public dans lequel figuraient plusieurs représentants d’associations de riverains.

Prochain rendez-vous : Mercredi 4 Décembre 2019 – 18h30 salle rouge du Phare

 

 

Le VRAI bilan du maire (III)

Chapitre III : l’Urbanisme

Trop, c’est trop !

Afin d’accueillir les nouveaux habitants attendus chaque année dans l’aire urbaine toulousaine, les 37 communes de la Métropole se sont engagées chacune à produire un nombre annuel de logements.
L’objectif fixé à la commune de Tournefeuille sur la période 2014-2019 était de 280 logements par an.

On voit dans le tableau ci-dessous que cet objectif a été largement dépassé:

 

Pour la période 2020-2025, l’objectif inscrit au PLUI-H est de 290 logements par an.

On voit déjà qu’avec les 800 logements envisagés à La Ramée, à la place de la SOCAMIL, et les 700 logements prévus à Ferro-Lèbres, on sera encore très au-delà de cet objectif.

Démagogie ? Idéologie ? Inconscience ?

L’identité pavillonnaire de notre ville a en tout cas été complètement dénaturée par cette politique de densification à outrance, faite sans réelle anticipation et surtout sans prendre en compte les inévitables difficultés liées à l’arrivée dans notre commune d’un nombre important d’habitants. Qui plus est, le « vivre ensemble » entre anciens et nouveaux habitants est, dans ces conditions, bien difficile, et peut être source de tensions.

Trop, c’est trop : les Tournefeuillais ne reconnaissent plus leur ville. Il faut mettre un terme à cette bétonnisation forcenée.

 

 

 

Le VRAI bilan du maire (II)

Nous poursuivons la série d’articles consacrés au bilan de l’équipe municipale.

Chapitre II: les déplacements

Le changement…à un train de Sénateur.

Déjà en Mars 2006, dans Tournefeuille info (n°82), Claude Raynal nous présentait le projet de prolongement de la voie du canal Saint Martory jusqu’à Plaisance du Touch, au niveau du rond-point Intermarché, affirmant qu’il pourrait être ouvert en 2015.

Deux ans plus tard, en 2008, à la veille des élections municipales, il se disait confiant sur la réalisation d’un Tramway reliant Plaisance à Toulouse.

Puis, en 2012, ce fut le projet de BHNS.

On n’a pas oublié non plus l’annonce de la création d’un site propre Avenue du Marquisat.

Deux mandatures plus tard, rien de tout ça n’a vu le jour ! Mais la croissance du trafic automobile s’est poursuivie, densification aidant, amenant peu à peu les Tournefeuillais au bord de l’asphyxie. La mise en service du Linéo3 n’a pas suffi à inverser la tendance.

Et voilà que le Maire sortant nous promet à nouveau, 14 ans plus tard, ce prolongement de la voie du canal  Saint-Martory !

Mais qui va bien pouvoir le croire ?

 

 

Conseil Municipal du 10 Octobre

Aucun sujet majeur dans les délibérations à l’ordre du jour de ce conseil municipal.

Un fait remarquable cependant : Laurent Verbiguié a donné sa démission des postes d’adjoint au sport et de président de l’OMS. Il était absent et donc les raisons de cette décision n’ont pas été explicitées….

Il s’en est suivi des élections pour le remplacer dans l’ensemble de ses fonctions : aucune surprise et d’ailleurs Monsieur le Maire a présenté ses divers votes en disant : « je vous propose de désigner Madame Michelle Soriano comme adjointe en remplacement de Monsieur Laurent Verbiguié ». Vous l’aurez compris : il s’agit d’une désignation …et le vote à bulletins secrets a lieu sans isoloir ! Chacun reste à sa place et met dans une enveloppe le bulletin de son choix…mais il s’agit bien d’une élection !

Nous avons aussi voté la mise à jour des indemnités des élus et aucune surprise en ce qui nous concerne, nos indemnités restent d’un montant mensuel de 40,37 € net… mais Laurent Verbiguié devient le seul élu de la liste majoritaire a avoir la même indemnité de fonction. Serait-il passé dans l’opposition ? Ou alors serait-ce une vengeance de notre 1er édile. ?

Françoise Viatgé a présenté sa démission du poste de vice-présidente de la commission « cohésion sociale-économie-emploi » et elle en a longuement expliqué les raisons ( voir texte joint). L’effet de surprise a été total et l’adjointe aux affaires sociales n’a pas caché sa colère et sa « déception ». Monsieur le Maire, quant à lui, s’est simplement réfugié derrière le règlement intérieur du C.M en déclarant qu’il ne voyait rien dans le fonctionnement de cette commission qui ne soit conforme à ce règlement, mais qu’il prenait acte de cette décision.

Enfin, nous avons pu constater une fois encore le manque de sérieux de l’adjoint à l’urbanisme. Il s’agissait de l’acquisition d’un bien immobilier : la délibération faisait état d’un montant sensé correspondre à l’avis des domaines, or cet avis mentionnait un montant différent. Jean-Pierre Morgades a donc interrogé Monsieur le Maire et son adjoint à l’urbanisme qui ont d’abord nié ce fait malgré l’évidence et ont tenté de nous expliquer que nous avions mal lu, mal compris mais que les chiffres étaient les bons !

Heureusement Monsieur le directeur des services est venu à la rescousse indiquant qu’il y avait effectivement eu une erreur sur l’avis des domaines, que l’avis qui nous avait été distribué n’était pas le bon, mais que les chiffes apparaissant sur la délibération étaient exacts et que l’avis corrigé des domaines serait joint au compte-rendu de ce conseil municipal. Dont acte….

Bref, vous l’aurez compris, un conseil municipal qui ressemble à une mascarade et d’ailleurs sur les 27 élus de la majorité, seulement 16 étaient présents à 18h et avec les 3 retardataires ils n’étaient que 19 présents. Patientons : dans quelques mois une nouvelle équipe sera en place pour animer des conseils municipaux avec davantage de dynamisme et surtout de vrais débats et un investissement plus sérieux.

Silence, on coule.

Le maire sortant vient d’annoncer sa candidature aux prochaines élections municipales, dans un tract distribué sur le marché le 13 Octobre dernier. Que faut-il en retenir ?

 

Une évidence tout d’abord : notre maire sortant est satisfait de son bilan et l’assume totalement : il ne changera donc rien à sa politique s’il est reconduit pour un second mandat.

 

Ensuite une constante chez lui : affirmer le contraire de ce qu’il fait. Il nous affirme ainsi tenir au plus haut point à un équilibre harmonieux entre les espaces naturels et les opérations d’urbanisme ; pourtant, il n’hésite pas à programmer une opération immobilière de 800 logements sur le site de La Ramée ; comprenne qui pourra !

Ensuite, pas un mot sur l’insécurité : normal, pour lui tout va bien à Tournefeuille !

Enfin, tout juste une vague promesse d’améliorer les déplacements : un peu court vu la paralysie qui nous guette.

Il ressort clairement de ce tract une impression de fin de règne : recettes politiques éculées, manque d’imagination ; il veut du rêve, mais non : il ne nous fait pas rêver !

 

A sa lecture, les Tournefeuillais auront certainement compris que s’embarquer avec le maire sortant pour 6 nouvelles années, ce serait comme embarquer sur le radeau de la Méduse, avec à la manœuvre, l’équipage du Titanic.