Conseil Municipal du 10 Décembre 2018

Quatre sujets principaux sont à retenir :

1) L’annonce de la création du groupe UPA-T au sein du C.M.  Après nous avoir fait dire  que la création d’un groupe n’était pas prévue par le règlement intérieur du C.M, le Maire a finalement admis sa création. C’est en définitive le Rassemblement National qui a entravé notre démarche en refusant de s’asseoir deux sièges plus loin afin de nous permettre de nous rapprocher! Le Maire doit se prononcer sur le bien fondé de la décision du R.N.

 

2) L’appel d’offres pour la gestion de l’école d’enseignements artistiques n’a obtenu qu’une seule réponse et le marché a donc été attribué à l’association Léo Lagrange. D’après le Maire, les critères de sélection fixés par la mairie auraient amené les autres candidats à se retirer. C’est justement notre demande: être associés au choix des critères retenus lors des appels d’offres. Fin de non recevoir: chasse gardée. …Pourtant, toutes les communes ne font pas appel à Léo Lagrange; c’est donc bien qu’il y a un loup à Tournefeuille.

 

3) Extension du gymnase de Quéfets . Le Maire s’étonne de nos demandes d’informations  car il avait annoncé parait-il cette extension lors de son discours d’inauguration du gymnase; une annonce à 3 Millions d’euros faite un verre à la main et même pas débattue en commission, est-ce bien sérieux? Et si cette extension était en effet bien envisagée dès la création du gymnase, l’ajout d’un bloc d’escalade aux normes internationales ne l’était pas. Or notre Maire s’est engagé sur la tenue, en Novembre prochain, de l’organisation des épreuves de qualification d’escalade en vue des prochains jeux olympiques; sans même savoir s’il aurait les financements nécessaires! Contribuables, à vos chéquiers!

 

4) Vœu déposé par le groupe (!) majoritaire s’opposant à la fusion des compétences départe-mentales et métropolitaines sur le territoire de la Métropole. Les arguments fallacieux avancés dans ce vœu ne parviennent pas à masquer qu’il s’agit en fait d’une tentative pathétique de la Gauche de s’opposer à cette fusion car elle est terrifiée à l’idée de perdre un  de ses bastions historiques: le département de la Haute-Garonne. Ils devraient pourtant se méfier de cette manière archaïque de faire de la politique politicienne au moment  où justement les  Français sont dans la rue pour la dénoncer.

Certains d’entre nous se sont abstenus, d’autres ont préféré ne pas prendre part au vote.

Jean-Luc MOUDENC répond à l’invitation de l’UPA-T

Pour l’UPA-T sur la photo : De gauche à droite : Jean Paul Lemarchand, Sylvie Deguine-Lemarchand, Alain Perriault, (Jean-luc Moudenc) Patrick Beissel, Bernard Tondereau, Patrice Cézar, Pascale Hervieux, Cyril Caronelleo, Jean Pierre Morgades, Arnaud Demeusois.

Présent en début de réunion : Cyril Chaminade

Excusés : Françoise Viatgé, Noémie Aubry, Agnès Defosse, Patrick Besnon, Serge Frattini.

 

Samedi 24 novembre, Jean-Luc Moudenc, Président de Toulouse Métropole et Maire de Toulouse a répondu à notre invitation. Un déjeuner de travail dans le cadre du restaurant « La Belle Histoire » de Tournefeuille, a été l’occasion de présenter notre association, nos valeurs, notre plan d’actions, nos projets et nos objectifs en vue des prochaines Municipales de 2020.

Jean-Luc Moudenc a rappelé le rôle de plus en plus important que prenait la Métropole dans la vie de tous les jours de nos concitoyens. Il nous a également présenté l’idée d’un Projet Métropolitain où l’on retrouvera, à la fois, les projets communs à l’ensemble des 37 communes de la Métropole, ainsi que leurs déclinaisons dans chacune d’entre elle.

En ce qui concerne Tournefeuille, ce sont essentiellement les transports et l’urbanisation qui ont été abordés sans oublier les aspects environnementaux de plus en plus partie prenante dans la vie de nos concitoyens. Nous avons expliqué, avec documents à l’appui,  notre point de vue sur ces trois sujets. Le principe de travailler maintenant avec les élus de la Métropole, en charge de ces dossiers est acté. Désormais, Nous travaillerons à la valorisation de nos projets afin de renforcer la crédibilité et la cohérence d’une partie sensible  de notre programme.

Tournefeuille est la troisième commune en termes d’habitants de la Métropole. Elle a été oubliée pendant la précédente mandature alors même que leurs dirigeants, Maire de Tournefeuille et Président de la Métropole, socialistes, étaient aux commandes.

Des retards que l’on aura à cœur de combler pour répondre aux attentes des Tournefeuillais.

En tout, plus de 3 heures d’échanges riches et constructifs que Jean-Luc Moudenc a particulièrement appréciés tant notre équipe est structurée,  porteuse d’idées neuves et de ses projets pensés.

 

Bernard TONDEREAU

Président de l’UPA-T

Nous aurons, à partir de 2020, l’eau la moins chère de France

Pour se repérer d’abord voici, dans la configuration actuelle, quels seront les prix du m3 d’eau sur la Métropole en 2020, incluant la Distribution, de la captation dans les rivières jusqu’à chez vous, et du Traitement ensuite, avant retour dans la nature :

  • Tournefeuille :                                              3,69€
  • Aigrefeuille, commune de la métropole la moins chère : 3,32€
  • Drémil-Lafage, commune de la métropole la plus chère : 5,03€
  • Prix moyen Métropole Toulousaine 3,75€

Ailleurs en France

  • Aix en Provence, grande ville la moins chère 2,88€
  • Le Havre, grande ville la plus chère 4,81€

En juin 2017, une délibération a été votée à Toulouse Métropole qui décidait:

  • D’avoir un prix unique pour les 37 communes de la Métropole. C’est la solidarité intercommunale qui était mise en avant.
  • De faire établir, par les services techniques de la Métropole, une étude sur le prix de l’eau si la distribution et le traitement étaient effectués, directement par Toulouse Métropole. C’est le principe de la Régie,
  • De lancer, en parallèle, un Appel d’Offre pour confier, éventuellement, ces tâches à des sociétés extérieures avec les mêmes contraintes de qualité que pour la régie. C’est le mode Délégation de Service Public (DSP).

Les résultats sont maintenant officiels :

  • Régie : 3,46€
  • DSP : 2,91€

Se répartissant, 1,54€ pour la distribution et 1,37€ pour le traitement.

La distribution serait confiée à Véolia ; le traitement à Suez. Ceci fera l’objet d’un débat et d’un vote final le 13 décembre prochain au Conseil Métropolitain.

Depuis juin 2017, la gauche avec un discours dogmatique, persistait, sans même disposer des résultats chiffrés, à vouloir une Régie. En décembre 2017, la majorité tournefeuillaise nous avait proposé un vœu dans ce sens au Conseil Municipal. Vœu tellement mal tourné, que nous avions réussi à le faire retirer. En février2018, quasiment dans sa forme d’origine, ce vœu fut représenté et voté par la majorité en place. Nous avions refusé, pour partie, de participer au vote et pour partie voter contre.

Aujourd’hui encore, pour tenter d’imposer la régie, malgré les résultats, la gauche a organisé, dans deux communes des votations citoyennes. Près de 90% des citoyens ne se sont pas déplacés. Pour être transparent, Toulouse Métropole a organisé le 13 novembre 2018, un débat public à la salle Mermoz qui a rassemblé moins de 200 personnes avec des avis très contrastés. Preuve que nos citoyens restent pragmatiques.

Notre maire, ses représentants à la Métropole, parmi lesquels notre ancien maire, aujourd’hui sénateur, continueront-ils, par leur vote le 13 décembre, à vouloir vous faire payer plus cher l’eau que vous utilisez? A l’heure où beaucoup de citoyens se plaignent de l’augmentation des taxes, au point de bloquer les routes, avoir obtenu un service dont le prix baisse ne prévaut-il pas sur le dogme ?

 

Si vous souhaitez des informations complémentaires, techniques, statistiques ou financières, ou donner votre avis sur la question, vous pouvez le faire via l’onglet « Contact » du site.

PB